5 alcools français que vous n’avez pas encore goûtés

Chacune de nos régions renferme de jolies spécialitées. Parmi elles, découvrez 5 alcools vraiment typiques que vous ne connaissez peut-être pas encore !

 

Le VIN JAUNE du Jura – Franche Comté

imagesLe vin jaune est une spécialité du Jura. Elaborée à partir de cépages de raisins blancs, cette boisson se boit en digestif avec 15 à 17° d’acool naturel. Il a un goût très particulier de noix vertes, de noisettes et d’amandes grillées, mais aussi d’épices. L’astuce pour savourer ces arômes (valable pour tous les disgestifs), accumulez un peu de salive dans votre bouche avant de prendre une petite gorgée. La salive adoucit les sensations alcooliques pour laisser ressortir les arômes.
jaune2001Le vin jaune se présente dans une bouteille particulière appelée clavelin qui contient exactement 62cl au lieu de 75cl pour les bouteilles de vins traditionnelles.

Dans le Jura, vous trouverez aussi 2 autres spécialitées qu’on appelle le vin de paille (liquoreux) et le Macvin (digestif).

 

 

Le LILLET : l’apéritif bordelais – Gironde

unnamed (1)Le Lillet est un apéritif à base de vin produit à Podensac, près de Bordeaux. Il est fabriqué avec des vins de Bordeaux et de liqueurs de fruits (obtenues après plusieurs mois de macération dans de l’alcool de fruits (oranges douces et amères)).A l’égal de certains grands crus, le Lillet est vieilli pendant 8 à 12 mois dans des foudres* en chêne.

C’est un apéritif très facile et agréable à déguster (sauf si vous n’aimez pas les vins sucrés ^^) bien frais, avec des glaçons et une rondelle d’orange. On trouve très vite des notes d’orange et de caramel, comme des agrumes toastés.
Rouge, blanc ou rosé, le Lillet est aujourd’hui « à la mode » en cocktail.

Je vous conseille d’ailleurs

de tester cette recette 😉 :

unnamed

en Long Drink : LILLET Rosé Tonic

5 cl de Lillet rosé

10 cl de Tonic

1 tranche de citron vert

5 glaçons

* foudre : tonneau de très grande capacité, équivalent à plusieurs barriques.

 

La TROUSSEPINETTE– Vendée

Vin d’épines, épinette ou troussepinette :

b99651757b156b311e4f3590f5d12bf1

Le vin d’épines ou épinette ou troussepinette en Vendée est un vin aromatisé dont le nom vient de son ingrédient spécifique : les épines de prunellier que l’on fait macérer dans une base de vin blanc ou rouge**
Il existe de nombreuses recettes** de vin d’épines. Ce vin est peu commercialisé, sauf en Vendée, sous le nom de troussepinette. La recette traditionnelle se compose uniquement du vin, des épines de prunelliers, du sucre et de l’eau-de-vie.

troussepinette

Il se boit le plus souvent frais en été, en apéritif ou vin de dessert mais au
ssi en vin chaud, l’hiver. Je le préfère pour ma part en apéritif car c’est assez sucré. C’est un vin très aromatique sur des notes de fruits noirs comme de la mûre.

La fabrication est faite par macération des pousses dans le vin sucré pendant au moins deux semaines, auquel on ajoute l’eau-de-vie en fin de macération pour stopper le processus de fermentation alcoolique.

**vin blanc ou rouge, obtenu par addition de sucre ou de mistelle (mélange de moût de raisin et d’alcool), d’alcool neutre et aromatisé. On appelle aussi cette base alcoolique le vermouth.

**aux pêches,aux mirabelles, aux agrumes, aux fruits rouges, à l’angélique… A tester !

 

Le PINEAU DES CHARENTES – Charentes-Maritimes

Pineau-des-Charentes-and-melons-of-Poitou-Charentes-Cognac-Country-South-West-FranceEn apéritif ou au dessert, le Pineau des Charentes se déguste frais, entre 8 et 10°.

Le pineau est en quelques sortes de la liqueur de vin, fait à base de moût de raisin et d’eau-de-vie de cognac.

Blanc, rouge ou rosé, jeune, vieux ou très vieux, le pineau offre souvent des notes de fruits frais (pèche, prune) et de fruits secs (noix, amandes, pruneau, coing) mais aussi des notes de miel et de vanille.

2117Un Pineau Jeune se déguste de préférence en apéritif, alors qu’un Vieux ou Très vieux Pineau accompagne mieux une fin de repas.

En cocktail, il se marie volontiers avec des jus de fruits, un tonic et quelques feuilles de menthe.

A table, un Vieux ou Très vieux Pineau blanc se marie harmonieusement au foie gras ou au fromage de chèvre.. Un Vieux ou Très vieux rosé se déguste volontiers avec un dessert au chocolat. Et un jeune Pineau rosé ou rouge relèvera les parfums d’une coupe de fraises; quant au jeune Pineau blanc, il est parfait avec du melon.

En gastronomie, le Pineau des Charentes est le partenaire idéal de succulentes recettes. A essayer aussi sur du fromage de chèvres plus ou moins affiné, c’est un régal ! 🙂 ***

Une fois mis en bouteille, le Pineau des Charentes n’évoluera plus; une conservation prolongée en cave ne lui procurera donc aucune qualité supplémentaire, mais ne lui nuira pas non plus, à condition de conserver les bouteilles impérativement debout. Après ouverture, le Pineau se conserve sans dommage au réfrigérateur, debout et bouché. Il faut cependant le laisser à température ambiante pendant quelques minutes avant de le servir.

 

*** pour info : au Salon Mer & Vignes & Gastronomie à Paris, retrouvez l’équipe de Goat and Cheese, qui vous propose d’assortir leurs différents millésimes de pineau et leurs chèvres. A tester ! 😉

 

LE PATXARAN –Pyrénées atlantique

r_pacharan_s35572030_01Le Patxaran (se prononçant pacharane) est une liqueur du Pays basque fabriquée à partir de la macération de prunelles**** sauvages dans de l’alcool anisé.

On retrouve un mélange de notes anisées et de fruits noirs et de prunes.

On peut le boire seul à température ou bien “on the rock”. Certains utilisent le Patxaran pour aromatiser une boisson, un cocktail, une bière.

Il se déguste très frais en fin de repas. Avec 25 à 30° d’alcool, c’est avec modération que vous l’apprécierez le mieux 😉

patxaran-pacharan

Selon la légende, cette boisson typique viendrait du Moyen Âge. À cette époque, les moines de l’abbaye de Leire furent appelés au chevet du roi de Navarre à Olite. Ils auraient administré au souverain un

breuvage d’une couleur rouge sombre dont les vertus dites « magiques » avaient fait leur réputation dans la guérison des maux du système digestif.

 

**** Les prunelles de notre prunellier dont on utilise les branches à épines pour faire la troussepinette → et oui ! rien ne se perd ! ^^

 

A découvrir très vite (avec modération bien-sûr 😉 )slide4

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *