Beaujolais : il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis ;)

#Beaujolaisisback ! C’est ce que vous verrez et entendrez partout depuis le premier salon des vins septentrionaux (Vins de la Vallée de la Loire, Champagne, Bourgogne, Alsace et Beaujolais) Vino Vision.

Le Beaujolais est une belle petite région entre 2 mastodontes du monde viticole : la Vallée-du-Rhône et la Bourgogne. C’est un peu le petit frère, simple, modeste, timide et pourtant si prometteur. L’appellation a trop longtemps été victime d’une mauvaise réputation à cause du Beaujolais Nouveau. Mais le Beaujolais n’est pas nouveau, enfin pas que ^^ et les vignerons, autant que leurs vins méritent d’être (re)découverts !

 

Et surtout, le Beaujolais ce n’est pas QUE l’appellation Beaujolais. La région regroupe 10 crus :

Brouilly & Côte-de-Brouilly

Chénas

Chiroubles

Fleurie

Juliénas

Morgon

Moulin-à-Vent

Régnié

Saint-Amour

Ces crus ont autant de caractère et d’arômes que leurs vignerons ont de modestie et de générosité.

 

Encore besoin d’être convaincu(e) ?
Le millésime 2015, est une des bonnes raisons de se réconcilier avec les vins de cette région. Si si, je vous assure 😉

Ils sont si bon que ça ?

Et bien, il n’y a pas de comparaison possible, même avec les millésimes remarquables des années précédentes (ex : 2009). Les conditions climatiques 2015 étaient idéales, ce qui a permis de produire des vins aux qualités aromatiques hors du commun : des vins éclatants, charnus, stimulés par une belle acidité, toujours sur le fruit, ils sont frais et pas alcooleux. Et cette qualité est homogène. Les vignerons ont élaboré de très bonnes cuvées sur l’intégralité des 10 crus. Un petit coup de cœur particulier pour les crus d’altitude qui offrent une vraie fraîcheur grâce à une acidité bien dosée. Grâce à ça, les vins du Beaujolais s’accordent avec tous les plats. Oh oui, TOUS les plats ! J’ai fondu pour un accord Saint-Amour et rouleau de printemps au poulet à la cardamone, un Brouilly avec du poulpe au crumble de vitelotte, ou encore des Saint-Jacques sur mousseline d’igname et le must pour la fin : une poire pochée au safran et aux épices sublimée par un Juliénas (non, je ne mange pas ça tous les jours ^^) … Autant d’accords insolites voire audacieux qui m’ont fait succomber 😉

Les crus 2015 s’accordent déjà à merveille. Mais, pour les plus perfectionnistes / patients, dégustez d’abord les millésimes 2014 et 2016, pour garder le 2015 quelques années dans votre cave. Il n’en sera que meilleur. Et oui, le Beaujolais est aussi un vin de garde 😛

 

Si après ça, vous n’avez pas vous aussi envie d’y tremper les lèvres, je ne peux plus rien pour vous ! ^^

#beaujolaisisback, ne manquez pas le coche ;P

 

1 Comment
  • pradel
    mars 5, 2017

    domaine des fonterouilles
    69620 ste paule

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *